Le changement dans l’entreprise et la sophrologie

Chères lectrices, chers lecteurs,

Aujourd’hui je vais vous parler d’un domaine que je commence à bien connaître : l’entreprise, les changements associés et ce que la sophrologie peut y apporter au quotidien. L’entreprise, si vous y travaillez, prend souvent une grande place dans votre quotidien et peut donc facilement être une source continue de stress et de tensions pour vous et votre entourage, si vous vous laissez déborder. La sophrologie devrait donc y trouver systématiquement une place : relaxation, accompagnement des collaborateurs pour plus de sérénité, amélioration de la communication, développement personnel (par une meilleure connaissance de soi et de ses capacités), prévention des risques psycho sociaux et du burn out… Dans cet article, je vais évoquer quelques exemples vécus de près ou de loin et amener aujourd’hui mon regard de sophrologue pour répondre à la question : comment est-ce que la sophrologie aurait pu ou pourrait faciliter tout ça ? Quelques exercices en prime, ça vous tente ? Alors prenez un peu de temps pour lire l’article et n’hésitez pas à partager, c’est fait pour !

entreprise_et_changement

Pour commencer l’article, intéressons nous déjà à la signification du mot changement. Parfois, le simple fait de se poser des questions et d’aller chercher des définitions peut nous aider à mieux comprendre ce qui se passe. Combien de fois se laisse-t-on surprendre par nos a priori, et si les définitions elles-même laissaient une place à l’interprétation ?

Alors pour commencer, qu’est-ce que le changement ? Si vous regardez la définition qu’en donne le Larousse, vous allez trouver à peu près ceci :

  • Action, fait de changer, de modifier quelque chose, passage d’un état à un autre : Changement de propriétaire, de ministère.
  • Fait d’être modifié, changé ; modification, transformation : Des changements sont intervenus dans son attitude.
  • Modification profonde, rupture de rythme ; tout ce qui rompt les habitudes, bouleverse l’ordre établi : Aimer le changement.
  • Correspondance en train, en métro.

Dans cette définition, ce qui m’interpelle est l’association du changement à une action volontaire : une “action de modifier”. Ou bien encore qu’il s’agisse d’une modification profonde. Qu’en est-il des petits changements de chaque instant, qui passent inaperçus mais qui finissent par s’accumuler ? Existe-t-il une définition d’un changement “notable” et la frontière est-elle la même pour chacun de nous ? Posez-vous simplement la question. Est-ce que ce que vous appelez changement est la même chose que ce que votre voisin ou collègue appelle changement ? Je n’en suis pas certain… Je vais essayer d’apporter des éléments de réponse dans la suite de l’article quand je rentrerai dans les exemples. Mais cette question a toute son importance car elle fait déjà sentir qu’on ne vit pas tous de la même manière le même événement, ici : le changement !

Personnellement, à la notion de changement, je préfère le concept d’impermanence issu du bouddhisme, qui dit simplement que rien n’est immuable et que tout change en permanence et à plus ou moins grande échelle. Tout a un début et tout a une fin, on retrouve le concept de “phénomène” si souvent utilisé en sophrologie. “Le changement c’est maintenant”, vous vous souvenez ? Rien n’est plus vrai, mais tout dépend de la frontière de chacun, de votre ressenti : qu’est-ce qui fait que vous considérez qu’il y a eu changement… ? Ci-dessous une définition de l’impermanence selon le site l’internaute, puisque le Larousse semble considérer que c’est un mot anglais uniquement, ou alors je n’ai pas bien cherché :

Impermanence : qualité de ce qui est temporaire.

Je ne sais pas si cela vous parle plus, mais j’ai envie de résumer tout ça en disant que le changement (ou l’impermanence), c’est simplement la vie (ça me rappelle une autre citation qui n’a rien à voir : “le gras, c’est la vie”… bref la vie explique tout ce qui nous arrive, non ?). C’est en tout cas ce qui fait que chaque instant est différent du précédent, à l’extérieur de nous-même comme à l’intérieur de nous-mêmes. Etre conscient de cela mais surtout le sentir, c’est déjà l’une des bases de la sophrologie et un début d’ouverture de conscience. A force d’entraînement (oui c’est un entraînement), un nouveau regard s’installe. Autrement dit, faire de la sophrologie, c’est apprendre à prendre conscience de tous les petits changements et savoir les accueillir. C’est un cheminement d’une séance à l’autre (et entre les séances) qui, à l’aide des “phénodescriptions” (vous vous souvenez, ces notes à écrire dans votre carnet ?), vous permet d’être plus à l’écoute de vous-même, de mieux vous connaître pour mieux vivre.

Je termine sur l’impermanence en vous renvoyant vers ce lien où le docteur Christophe André et Lama Lhundroup en parlent dans une interview. Pour plus, vous trouverez bien d’autres articles qui en parlent, je vous fais confiance !

Donc, si tout change à chaque instant et que rien n’est permanent, qu’est-ce qui fait que le changement peut être particulièrement mal vécu dans l’entreprise ? Pourquoi le changement dans l’entreprise peut-il en effet déstabiliser autant ?

Je ne suis pas certain qu’il existe des réponses universelles mais en tout cas, on pourrait déjà dire que :

  • en entreprise, vous êtes plus facilement jugé par son entourage et par votre hiérarchie : c’est un monde moins intime que votre vie privée, en principe ;
  • l’entreprise étant censée être responsable de ses collaborateurs, le changement y est plus mal vécu avec l’impression que l’entreprise aurait du l’éviter ou s’y prendre autrement ;
  • l’entreprise, si vous y travaillez, est la structure qui vous permet de manger et d’avoir un toit ! C’est elle qui vous apporte la sécurité liée à l’emploi : le changement dans l’entreprise, c’est donc une potentielle perte de sécurité ;
  • cela dépend aussi de vous… et du lien que vous entretenez avec le changement.

Avant de poursuivre sur la base d’expériences vécues, je vous renvoie si cela vous intéresse et si vous ne l’avez pas déjà lu à un livre. C’est un livre très simple à lire qui parle du changement et de notre attitude face au changement, au travers de l’histoire de quatre personnages fictifs : Flair, Flèche, Polochon et Balluchon. Il s’agit du livre “Qui a piqué mon fromage ?” de Johnson Spencer. Il est conseillé aux élèves sophrologues mais s’adresse à tout le monde !

qui_a_pique_mon_fromage

Ce livre permet de dédramatiser en montrant combien il est absurde et inutile à vouloir s’opposer au changement. Par contre, autant il est intéressant pour faire le parallèle avec les situations que l’on vit, autant il n’est pas suffisant, selon moi, pour savoir s’adapter, comme le suggère le sous-titre “comment s’adapter au changement – au travail, en famille et en amour”. En effet, dire “j’ai lu le livre, je sais maintenant m’adapter en cas de peine de cœur :il suffit d’aller à la recherche d’un nouveau fromage ! Une de perdue dix de retrouvées”, ce serait trop beau ! Entre théorie et pratique, vous le savez, il y a souvent des différences. En pratique, il se passe plein de choses en nous, que l’on ne comprend pas très bien, que l’on ne sent pas très bien mais qui nous font réagir parfois de manière surprenante et inadaptée… Vous avez peut-être déjà vécu de moment où après vous être emporté(e), vous vous êtes dit(e) “Pouquoi est-ce que j’ai réagi comme ça ?”…

Théorie et pratique. Vous avez repéré le second mot, la pratique, qui sonne parfaitement bien avec la sophrologie qui est une méthode qui se vit, une expérience continue. Le livre “Qui a piqué mon fromage” est parfait pour prendre conscience de la théorie du changement, la sophrologie est vivement indiquée pour la mise en pratique, pour sentir toutes ces choses qui se passent en vous, pour apprendre à se connaître et mieux vivre !

Donc, en pratique et dans l’entreprise, voici une liste de situations qui selon moi pourraient se passer tout autrement si un “accompagnement du changement” était systématiquement mis en place, par la sophrologie ou via une autre méthode ! Ces situations sont empruntées au monde du conseil ainsi qu’au milieu bancaire, les domaines que je côtoie depuis maintenant quelques années.

1/ Le changement de mission : chose plus ou moins fréquente dans le monde du conseil, il peut constituer une source de stress réelle et continue.

changement_mission

En effet, quand vous êtes consultant en entreprise, vous pouvez être amenés à changer assez souvent de mission, de client, de lieu, d’enjeux, de domaines fonctionnels ou d’expertise… On aime ou on n’aime pas, mais on ne s’y retrouve pas toujours par choix ! Et lorsque c’est par choix, certains contextes amènent énormément de stress… en très peu de temps. Alors raison de plus pour s’armer en amont, non ?

Je me souviens d’un déplacement à Venise prévu sur deux jours. J’étais assez excité à l’idée d’aller à Venise, plus pour le lieu que pour la mission elle-même. Arrivé chez le client, je m’aperçois qu’il y avait un malentendu sur l’objet de la mission… Le stress est vite monté lorsque j’ai du prendre position en indiquant au client que je n’avais pas les compétences nécessaires et que je devais appeler mon responsable pour élucider la situation. Le client était pressé, avait payé une prestation et n’était pas prêt à ne pas avoir son service… Si j’avais fait de la sophrologie à l’époque, j’aurais pu mieux m’y préparer et surtout j’aurais certainement mieux géré mon émotion du moment ! Pour couronner le tout, je n’ai pas vu Venise du tout !!!

Un autre exemple. Arrivé à Paris depuis peu après quelques années tranquilles en province, mon manager m’emmène chez un client en me présentant comme expert chef de projets lors d’une avant vente. En séance, il propose au client que je repasse les voir en solo pour cadrer le projet… Je n’y connaissais rien mais ne me sentais pas de refuser, il fallait que je fasse mes preuves. J’ai passé de très mauvaises nuits jusqu’au jour J, avec de grands moments de solitudes face au client qui me parlait en langage parfois inconnu et qui devait voir que je n’étais pas si expert que ça ! Si finalement je m’en suis sorti, je l’ai fait à quel prix ? La sophrologie m’aurait permis à cette époque de mieux gérer mon stress, mieux dormir et mieux me préparer aux réunions !

Ce que la sophrologie peut apporter dans le monde du conseil : en apprenant à mieux vous connaître, vous apprenez aussi à mieux vivre vos émotions et à ne pas vous laisser emporter. Le travail sophrologique autour de la respiration est un vrai plus car la respiration, si elle se bloque en général lors d’un stress, peut être entraînée pour apprendre à maîtriser votre stress.

Exercice : en cas de stress et si vous le pouvez, observez votre respiration sans essayer de la contrôler. Où est-elle ? Qu’est-ce qui bouge ou ne bouge pas ? Est-ce qu’elle est rapide ou lente ? Est-ce qu’elle se modifie simplement en l’observant ? Essayez de ralentir le rythme d’inspiration puis d’expiration, prenez une expiration plus lente et longue que l’inspiration. Essayez de respirer ainsi avec le ventre, 3 fois. Que se passe-t-il ? Une fois l’événement stressant passé, une fois rentré chez vous par exemple, refaites l’exercice, respirez consciemment. Que notez vous ? Des différences ?

2/ Le déménagement : d’un simple déménagement de bureau au déménagement complet de l’entreprise, l’impact n’est pas le même, et pourtant… dans les deux cas cela peut vite bouleverser votre équilibre. On retrouve la notion de seuil de changement que j’évoquais en début d’article : chaque personne n’a pas la même façon de vivre l’événement.

changement_demenagement

Je connais bien la situation du déménagement de bureau qui est monnaie courante dans l’entreprise où je travaille. Ainsi, un jour on nous annonçait : le département XYZ va être déménagé au 8ème étage (le dernier étage, un peu comme un grenier coupé du monde). Sur le moment, tout le monde a mal vécu cette nouvelle qui cassait les habitudes : la communication avec le reste des équipes était rendue plus difficile, on passait beaucoup plus de temps dans les ascenseurs, on nous oubliait la haut jusqu’à se demander : “que font ils au juste ?”… Cela a duré le temps de reprendre une certaine stabilité, de s’installer sur ces nouvelles marques, de s’adapter. Jusqu’au jour où nous avons de nouveau déménagé ! Qui aura la place dos au couloir ? Aïe, le stress du tirage au sort…

Le déménagement de bureau peut être plus ou moins bien vécu. Le déménagement d’entreprise est plus compliqué je pense (je ne l’ai pas encore vécu), surtout s’il double le temps de trajet ou s’il impose de déménager à titre privé pour se rapprocher…

Ce que la sophrologie peut apporter : une prise de conscience que vous n’avez pas la main sur les événements extérieurs. Un apprentissage de l’accueil de ce qui est ! Accueil de vos réactions et de ce qui se passe en vous face à ces changements extérieurs. Vous êtes alors plus serein pour tirer le meilleur de l’instant présent. Le déménagement est typique d’une perte de confort, de stabilité, de sécurité : la sophrologie permet aussi de travailler l’ancrage, la sensation et le ressenti de stabilité. Cela tombe bien, non ?

Exercice : mettez vous debout, fermez les yeux et prenez conscience de vos points d’appui, du contact de vos pieds au sol. Stable ou pas ? Essayez de balancer légèrement sur les côtés, sentez votre équilibre. Si cela vous aide, pensez que vous êtes un arbre avec des racines puissantes qui vous maintiennent bien ancré : vous ne risquez rien sur vos appuis. Ecoutez votre respiration, puis imaginez que l’on vous déplace avec une grue. Essayez d’avancer un pied et de faire un pas en avant, toujours en gardant les yeux fermés. Sentez vous une perte d’équilibre ? Pensez à vos racines qui s’ancrent à nouveau à votre nouvelle place. Et si ce pas symbolisait un déménagement ? Visualisez le nouvel endroit et votre stabilité retrouvée, vous déménagez, c’est comme ça, alors tirez le meilleur de la situation !!!

3/ La mobilité : il s’agit le plus souvent d’un souhait d’évolution mais parfois aussi d’une fuite par rapport à une situation devenue trop désagréable.

changement_mobilite

Dans les deux cas, la mobilité nécessite de la confiance en soi. Dans le cadre d’une volonté d’évolution, en sophrologie vous travaillerez à optimiser vos capacités, à préparer un entretien en visualisation. Dans le cadre d’une fuite, il faudra déjà faire le point avec la situation actuelle : accueillir ce qui est là, la peur de rester ou de changer… Avez-vous réellement envie de changer, est-ce le bon moment ? La sophrologie apporte du calme dans l’esprit, calme nécessaire pour faire la part des choses. Elle permet aussi de travailler à renforcer votre confiance en soi à l’aide d’images et de moments ressources, sans partir dans des réflexions sur un avenir incertain ou un passé agréable mais révolu !

Exercice : là encore, travaillez votre respiration consciente, c’est elle qui vous permet de faire le lien entre votre corps qui vous envoie des messages et votre esprit qui parfois les brouille ! Essayez de prendre quelques minutes pour vous asseoir, fermez les yeux, prenez conscience de votre respiration et visualisez votre entretien de mobilité, les questions, la réussite, la prise de poste, le succès. Travailler la visualisation est un vrai plus pour préparer un événement. Vous vous apercevrez que visualiser la réussite n’est pas toujours évident, vous vivrez le stress de l’entretien simplement en le visualisant… la réussite se travaille par la pratique, pour être prêt(e) le jour J ! Faites vous confiance.

4/ Le changement de responsable : tout se passe bien au bureau jusqu’au jour où on vous annonce que votre responsable va être remplacé ! La situation de confort peut vite devenir inconfortable ou source de stress… avant même d’avoir rencontré votre nouveau responsable !

changement_responsable

Si cela vous est déjà arrivé, vous vous souvenez que dans les quelques minutes qui suivent l’annonce, un déluge de préjugés ou d’a priori vous tombe dessus, renforcé par la magie des rumeurs sur la personne qui va reprendre… Et votre mental commence souvent par imaginer le pire, sinon ce serait trop facile !!! Mais le problème avec le mental, c’est qu’il enregistre tout ce qu’il émet… et vous pouvez vite vous laisser déborder en arrivant le jour de la rencontre bourré d’idées reçues qui vous rendent la vie plus compliquée et qui peuvent dans ce cas précis venir compliquer inutilement la relation avec votre nouveau responsable. Alors que faire ? La sophrologie permet heureusement de travailler au regard juste (le nouveau regard), sans jugement et sans a priori. Pour cela, il faut vous entraîner à repérer vos jugements, pour les mettre de côté ! Vous croyez tout savoir ? Mettez tout ça de côté et découvrez par vous même…

Exercice : pensez encore une fois à respirer consciemment, à poser votre esprit. Puis posez vous la question : “qu’est ce que je sais de mon nouveau responsable, au delà de ce que l’on m’en a dit ?”. Ce que vous pensez savoir, essayez de le mettre de côté, un peu comme si vous aviez une bouteille avec un bouchon magique qui vous permette d’y déverser tous vos a priori sans qu’ils puissent ressortir. Que reste-t-il ? Travaillez encore une fois en visualisation. Imaginez que tout se passe bien, pourquoi en serait-il autrement ? Certains ont collé une image à cette personne qui arrive… tentez de voir la personne derrière l’image, avec les idées claires en mettant de côté vos jugements. Vous verrez, il n’y a pas de raison que cela se passe mal et au moins vous aurez mis toutes les chances de votre côté !

5/ La restructuration : la restructuration de service est monnaie courante dans l’entreprise. Que ce soit une restructuration fonctionnelle ou d’économie de personnel, elle est souvent vécue comme une perte de stabilité. Elle peut se rapprocher du déménagement (dans l’idée), c’est sur le papier un déménagement d’une case à l’autre ! Il y a la phase qui précède, avec des prises de positions à la façon “Koh Lantah”, beaucoup essayant de se placer sans se soucier du comment (souvent au détriment des relations)… Des tensions inter-personnelles peuvent donc apparaître. Quand elle est accompagnée d’un changement de niveau hiérarchique (vers le haut ou vers le bas), il faut gérer aussi. Elle est fréquente lors de rachats de sociétés, de fusions d’équipe… Elle apporte son lot de nouveaux contacts, tout un tas de changements que l’on ne vit pas toujours de la même façon. Certaines personnes ne seront ainsi pas affectées par une restructuration, d’autres beaucoup plus : chaque personne est unique !

changement_organigramme

Je me souviens d’une restructuration récente. J’étais alors manager d’une équipe de quelques personnes. Il y avait moyen de prendre la responsabilité d’une nouvelle équipe (plus de stress, plus d’argent… peut-être mais pas sûr), je ne savais pas très bien… A cette époque j’étais dans le cas de la “mobilité souhaitée”, pour fuir l’environnement qui commençait à devenir malsain. Je n’ai donc pas souhaité me réengager sur un nouveau poste à responsabilité. Résultat : perte du statut de manager, retour comme opérationnel. J’étais parfaitement informé de tout cela et conscient de mes choix, je n’avais pas vraiment envie de poursuivre le management dans les conditions de l’époque et je ne perdais rien en salaire en revenant dans les équipes. Pourtant, j’ai vécu ce moment professionnel comme un deuil : j’avais l’impression de perdre une partie de ce qui me définissait, de perdre de l’importance… En pleine formation de sophrologue, je me suis amusé à m’observer réagir. J’ai ainsi pu prendre conscience de cette manifestation de l’ego qui existe dans la différence et qui aime se démarquer au regard des autres : l’importance de l’apparaître ! Ma pratique sophrologique m’a permis de me recentrer sur ce qui était important pour moi : famille et formation de sophrologue. Aujourd’hui, je ne regrette pas mes choix, bien au contraire !

La sophrologie permet donc de sentir ce qui est important pour soi-même en revenant aux sensations, aux messages que vous envoie votre corps. Quand vous êtes tiraillé dans le monde de l’entreprise par ce que vous pensez qu’il faut faire (souvent des a priori) et ce que vous faites en réalité (avec la peur de mal faire), une séance de sophrologie est toute indiquée pour vous poser, relâcher vos tensions (générées par ces tiraillements mentaux), et y voir plus clair ! Simplement vous relaxer pour mieux ressentir, sans juger ni bien ni pas bien, simplement ressentir ce qui est là.

Exercice : une nouvelle fois, asseyez-vous, sentez votre respiration et laissez la se poser. Puis observez votre corps, ses points d’appui, son calme intérieur. Laissez passer les idées sans essayer de les chasser. Une fois posé(e), posez-vous la question : “qu’est-ce qui est important pour moi, là, ici et maintenant ?”. Puis demandez-vous ce que cette restructuration peut vous apporter, pour être en accord avec ce qui est important pour vous. Ne cherchez pas forcément de réponses. Bien souvent le simple fait de se poser les questions vous montre qu’elles n’ont pas le sens ou l’importance que vous leur portiez ! Travaillez la visualisation : visualisez le nouveau poste, la façon dont vous allez faire vos preuves et trouver votre nouveau chemin. La restructuration ne change rien à vos capacités, vivez la au contraire comme un atout pour progresser. Votre objectif ne change pas, c’est seulement un nouveau point de départ, avec plein de nouveaux possibles !

6/ Le PSE, ou plan de sauvegarde de l’emploi : le mot qui fait peur… ou pas !

changement_pse

Souvent lié à une difficulté de l’entreprise, il s’agit d’une invitation à partir volontairement avec des conditions plus ou moins avantageuses (parfois jusqu’à deux ans de salaires…). Redouté pour certains ou attendu pour d’autres, cela dépend de chacun, encore une fois. Parfois, le stress sera simplement de se dire : “je n’ai pas envie de partir, mais vu les conditions, ce serait dommage ! Alors que faire ? Lui ou elle semble vouloir partir, faut il faire pareil ?”. On y retrouve les mêmes caractéristiques de réactions intérieures que dans les points précédents : un départ regroupe tous les changements possibles, mission, lieu, responsable, restructuration, mobilité… !!!

J’ai vécu un PSE mais je n’y étais pas éligible compte tenu de mon ancienneté dans l’entreprise (je venais d’arriver). A aujourd’hui, si un nouveau PSE venait à se présenter, j’y réfléchirais un peu. J’y réfléchis déjà en fait 🙂 Ce serait une bonne opportunité pour changer de métier et chercher un nouveau fromage, non ? Pour développer mon offre de sophrologue. Mais entrent en jeux d’autres facteurs : responsabilité familiale par exemple. C’est en ce sens qu’il faut être vraiment posé pour prendre les bonnes décisions.

Ce qui me semble important ici, c’est de réussir à être posé pour faire les bons choix.

Exercice : tous les exercices précédents en fonction de vos besoins du moment ! A utiliser sans modération.

7/ Le changement de rythme : d’un rythme soutenu et contraint à une absence de travail ou l’inverse, il faut parfois s’avoir s’adapter.

changement_rythme

Si vous avez trop de travail, la sophrologie vous aidera à ne pas vous faire submerger à l’intérieur et à faire la part des choses. On se laisse souvent déborder lorsqu’on n’entend pas les messages de notre corps, lorsqu’on n’entend pas le signal d’alarme ! De plus, un rythme intensif est souvent synonyme de tensions musculaires qui s’installent puisqu’ayant moins de temps pour soi, on prend moins le temps d’évacuer ces tensions !

L’absence de travail peut également être mal vécue, si si je vous l’assure ! L’ennui s’installe assez vite même, et quand bien même on s’autorise d’aller sur internet, on ne sait plus comment passer le temps. Profitez-en pour faire de la sophrologie : c’est toujours plus facile quand on a le temps que quand on est débordé. La sophrologie, cela se pratique en premier lieu quand tout va bien, pour être une aide réelle lorsque le besoin s’installe ! Elle vous permet aussi de vous adapter au changement de rythme.

Exercice : Apprenez à relâcher les tensions. Remplacez la pause café (qui excite) par une pause mouvement : allez marcher à l’extérieur, effectuez des étirements, des rotations du bassins avec les bras ballants, inspirez en montant les épaules, soufflez et soupirez en les laissant tomber (vous venez de vous débarrasser d’un grand sac de tensions, bravo !)… Ne négligez surtout pas tout ce qui vous permet de mettre en mouvement votre corps qui n’est pas fait pour rester immobile (évitez les escalators) ! En dehors du travail, faites du sport. Dormez, mangez équilibré ! Activité, sommeil et alimentation sont vos trois alliés à ne jamais oublier. La sophrologie vous aide à en prendre conscience en étant plus à l’écoute de votre corps, à chaque instant.

8/ Le changement induit par la vie privée : la vie privée vient servir l’équilibre entre vie privée et professionnelle dont tout le monde parle ! A partir de quand y a-t-il déséquilibre ? Souvent, à cause de la vie professionnelle, on prend sur soi, aux dépends de sa vie privée…

changement_prive

Et si on prenait sur sa vie professionnelle, pour changer ?

Je viens de passer à temps partiel, à 80% ! Quel changement pour moi de pouvoir passer un jour de plus avec ma petite famille. Je pense que ce sera difficile de faire marche arrière. Pourtant le pas n’a pas été facile, quand bien-même j’avais toutes les raisons du monde de prendre cette décision. En y réfléchissant avant d’entamer les démarches auprès de mon employeur, je me faisais la réflexion : “passer à temps partiel, c’est tirer un trait sur l’évolution de carrière et salariale”. Qui voudrait proposer une évolution à une personne qui ne travaille pas à 100% ? Et pourtant, est-ce que cela remet en question la qualité de mon travail ? Je ne pense pas !

Sachez ce qui est important pour vous !

Exercice : la respiration, la respiration, la respiration… soyez zen et n’ayez pas peur de faire des choix si ce qui est important pour vous dans l’instant c’est votre vie privée. Soyez en accord avec vos priorités autant que vous pouvez. Pour cela, écoutez votre corps et ne vous laissez pas piéger par votre mental qui évalue les pires scénarios possibles à chaque fois ! Travaillez aussi  la visualisation. N’ayez pas peur d’afficher vos convictions, du moment que vous travaillez pendant votre temps de travail. Ainsi vous laisserez passer les remarques du type “tu as pris ton après-midi ?” lorsque vous partez à 18h ! Soufflez, évacuez tout ce qui vous encombre. Ce qui est important c’est votre bien-être avant tout !

9/ Les autres changements ? Je vous laisse la parole !

changement_adaptation

 

Quelle est votre expérience ? Je vous passe la parole ! Avez vous déjà effectué des séances de sophrologie en entreprise sur le thème de la conduite du changement ? Partagez votre ressenti, vos expériences, vos questions. Qu’est ce qui vous a aidé ? La sophrologie ou autre chose ?

 


 

Mon article se termine ici. J’ai beaucoup écrit je crois, maintenant je souffle et c’est à vous de témoigner si vous le voulez ! J’ai cité les grands changements qui me parlent, que j’ai vécus de près ou de loin (bien souvent avant de faire de la sophrologie). Si je m’en suis sorti à chaque fois sans trop de casse, ce n’a pas été sans mal et je pense que j’aurais apprécié quelques séances de sophrologie ! Les quelques suggestions d’exercices que je donne dans cet article vous seront utiles si vous prenez le temps de les pratiquer au quotidien. Cela ne remplace bien évidemment pas le travail effectué avec un sophrologue qui est là pour guider et adapter le contenu des séances à vos besoins du moment. Les séances de sophrologie comportent aussi une phase clé qui pour moi est la plus importante : le dialogue d’avant séance et d’après séance, un temps d’échange où l’on s’aperçoit que le retour à la sensation, à l’écoute du corps, n’est pas si évident. Un temps d’échange est important, c’est lui qui vous fait avancer sur le chemin !

J’espère vous lire et pouvoir reprendre bientôt l’accompagnement d’un groupe en entreprise, mais avant je dois faire un pas dans l’auto-entrepreneuriat maintenant que je suis sophrologue : un beau changement pour moi qui suit dans le confort d’un poste salarié, même si un déménagement de bureau se prépare !

Si vous connaissez des entreprises volontaires dans Paris 13ème, faites moi signe ! A très bientôt !

Laisser un message

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *