Quelques astuces pour bien commencer la sophrologie

Chères lectrices et lecteurs,

C’est les vacances et j’ai pris quelques jours de repos depuis le dernier article et depuis ma certification de sophrologue. J’espère que vos vacances se passent à merveille, en pleine conscience de l’instant présent ! Etre conscient du moment présent, sans être absorbé à ressasser le passé (révolu) ou à anticiper le futur (incertain)… tout un programme que la sophrologie permet, par la répétition des entraînements, de construire pour vivre une vie plus vivante, dans l’instant, et pour reconnaître ce qui est pour en tirer le meilleur ! Si vous vous souvenez, j’ai écrit mes derniers articles pour vous convaincre de l’intérêt de la sophrologie dans un cadre général (et surtout quand on en n’éprouve pas le besoin). Dans cet article j’espère vous donner quelques clés pour vous préparer à bien commencer et ne pas partir dans tous les sens. Il serait dommage de ne pas mettre toutes les chances de votre côté. L’enjeu global est un mieux-être, une conscience ouverte qui vous permettra d’aborder chaque situation avec la meilleure approche ! Car “non”, la sophrologie ne fait pas disparaître les aléas de la vie, elle permet simplement de mieux vivre avec ce qui est, aussi douloureux que cela puisse parfois être. A vous de choisir votre chemin et soyez, sinon le héros, au moins l’acteur de votre vie.

une vie dont vous etes le heros sophrologie

J’aime beaucoup l’image du “livre dont on est le héros”, ramenée à la sophrologie, car je pense (et je sais) que la sophrologie permet d’apprendre à vivre plus consciemment et qu’il suffit d’un peu d’organisation pour s’y mettre réellement ! La finalité n’est pas d’ouvrir les yeux, mais bien d’ouvrir sa conscience. Un concept difficile à percevoir ou comprendre quand on découvre. Plutôt que le comprendre, il faut le vivre, en faire l’expérience. Prêt(e) ?

une vie dont vous etes le heros
Avec la sophrologie, prenez vous en main !

Déjà, partons du principe que vous êtes convaincu(e) de l’intérêt de la sophrologie au quotidien (ou du moins sur base régulière). Etre convaincu ne suffit pas, vous vous en doutez ! Vous avez beau être persuadé(e) que ne pas manger de ci ou de ça est bon pour la santé, cela ne vous empêche pas d’en manger… vous avez beau être persuadé(e) que la sophrologie vous fera du bien, vous n’arrivez pas à vous y mettre de manière sérieuse et vous heurtez peut-être à plusieurs freins… Bizarre ? Non, c’est normal, c’est simplement la manière de fonctionner de la majorité des êtres humains mais heureusement, il existe quelques astuces !

Les conseils que je vais donner ci-après s’appliqueront en fait à toute activité que vous souhaiterez commencer. Cependant, commencer la sophrologie et l’intégrer quotidiennement peut s’avérer dans certains cas plus difficile qu’il n’y paraît, plus difficile que de se mettre au dessin ou à la danse par exemple ! Pourquoi ? En partie parce que les résultats, si chers à notre société (on nous apprend dès l’enfance à avoir des “résultats”), peuvent être difficilement visibles et se faire parfois languir. On dit toujours de “pratiquer sans rien attendre en retour”, c’est vrai aussi pour la méditation, le yoga… C’est encore plus vrai pour la sophrologie si l’on souhaite l’intégrer au quotidien et dans le temps. Pourquoi quotidiennement d’ailleurs, pourquoi répéter encore et encore ? Parce que chaque instant étant différent, chaque entraînement vous apporte une expérience différente qui vient renforcer les expériences précédentes et vous faire évoluer sur la voix de l’expérience consciente, la voix du mieux-être que l’on peut définir comme le “but général” de la discipline.

Avant de passer aux conseils, sachez que pour commencer la sophrologie, plusieurs approches s’offrent à vous :

  • des séances individuelles avec un sophrologue : le plus efficace selon moi. Coûteux sur le long terme (sur le court terme aussi lol) mais le fait de payer permet aussi de s’astreindre à une certaine discipline. “Je paie, je pratique”, “sinon je vais gâcher mon argent”… C’est bête, mais d’autres activités marchent comme ça : prenez la salle de sport par exemple, lorsque vous avez accès à une salle gratuite, vous n’y allez presque jamais et regrettez. Lorsque vous payez, vous faites l’effort nécessaire et après y être allé(e) vous vous sentez mieux ! Le sophrologue en séances individuelles pourra vous proposer diverses techniques et exercices en fonction de vous et de vos “besoins” de l’instant. Il agira aussi comme un guide pour vous faire prendre conscience de certaines de certaines choses (jugements, réactions, interprétation…). Choisissez bien votre sophrologue : le “bouche à oreille” marche toujours bien mais vérifiez sa formation, son certificat, son appartenance à un syndicat de sophrologues… tout ce qui peut montrer qu’il est sérieux. Même si l’erreur reste humaine, minimisez ainsi vos probabilités de vous tromper. Et puis appelez le pour voir si le courant passe, si le courant ne passe pas, appelez en un autre il y en a plein !
  • des séances de groupe avec un sophrologue : relaxation dynamique, gestion du stress, autres thématiques ciblées… c’est un bon moyen de s’initier à la sophrologie à moindre coût ! L’effet “je paie, je pratique” reste valable, à moindre coût cependant, et en plus vous bénéficiez d’une dynamique de groupe, une énergie de groupe qui vous motivera à y aller. Le choix du groupe reste à faire, les mêmes règles pour choisir s’appliquent, bien que l’enjeu soit “moindre” selon moi. Pensez aussi aux aspects pratiques (lieu, horaire…). On peu moins se tromper en groupe qu’en individuel : si d’autres viennent, c’est qu’il doit y avoir une bonne raison ! Et puis en groupe, il y a moins de personnalisation. Moins de risque de fausse direction, cela n’engage que moi… mais peut-être un chemin plus long aussi !
  • La formation de sophrologue, si cela vous intéresse c’est particulièrement intéressant en en plus, vous entrerez dans thématiques détaillées qui vous apprendront plein de choses ! Attention cependant, l’école de sophrologie vous apprendra la méthode mais ne vous aidera pas à traiter vos problèmes. Le coût est important, cependant à la fin vous pouvez décider, selon votre motivation, de transmettre la méthode à votre tour et “faire un retour sur investissement”. Choisissez bien votre école, privilégiez une formation longue en deux ans pour avoir le temps de bien intégrer la méthode. Plus court c’est trop rapide selon moi. Deux ans c’est juste ce qu’il faut !
  • l’approche autodidacte, qui n’est pas la plus insensée mais qui est certainement la plus ardue. Cela vous prendra plus de temps de trouver le chemin qui vous convient et vous serez obligés de vous motiver seul(e). Vous risquez aussi de passer à côté de la méthode et de ses subtilités. Question coût, il faut trouver un bon livre (pas évident, j’en cite un intéressant dans mon dernier article, pour vous familiariser avec l’approche sophrologique, mais selon moi cela reste une familiarisation seulement, il faut ensuite travailler !). Vous pouvez aussi faire preuve de patience et suivre le blog Sophro-Guide.fr ! L’avantage de cette approche autodidacte : vous êtes le seul héros de votre aventure, de votre vie !

Dans chacune de ces approches, il y aura un travail personnel à réaliser seul(e). Si je fais une nouvelle allusion à l’image de la vie dont vous êtes le héros : il faut savoir que vous n’arriverez pas à avancer sur le chemin sans marcher ardemment, un peu chaque jour, en faisant des choix de directions, en rencontrant des aléas, en vous apercevant que vous avez pris une mauvaise direction à un moment donné… Autant vous y préparer au mieux. Vous devez donc prévoir : une feuille de papier (plusieurs), un crayon, une gomme et des dés… enfin… c’est presque ça… vous pouvez oublier les dés car la sophrologie ne fait pas appel à la chance du tout ! Dommage ? Personnellement, je ne pense pas… Je ne confierais pas ma vie à une paire de dés, pour rien au monde ! Au moins avec la sophrologie, vous savez que vous avez les clés et il reste simplement à trouver et ouvrir les bonnes portes ! C’est parti ? Alors on remplit notre feuille d’aventure et on attaque les conseils, si vous voulez bien me suivre pour la suite de cet article !

feuille d aventure
La feuille d’aventure, un bon moyen de suivre les changements !

“Mais qu’est-ce que c’est que cette feuille d’aventure ? Je n’ai jamais vu ça sur un blog de sophrologie !” Est-ce votre dialogue intérieur ici et maintenant ? Notez-le, voyez comment vous fonctionnez sur le mode “je vois/je juge/je réagis”. C’est normal, ne vous inquiétez pas ! On peut même avec l’entraînement jouer à s’observer réagir. On découvre vite que nos réactions ne tiennent souvent à rien et que finalement, on se fait du mal sans le savoir… quand il suffirait d’être plus conscient. D’ailleurs, vous verrez qu’avec l’entraînement vous éviterez beaucoup de situations à problème simplement par l’observation du point de départ : jugement, émotion, sensation…

Bref, pour faire face aux principaux freins qui vont se présenter, voici enfin quelques astuces, quelque soit l’approche que vous choisissez :

  • La question du temps : la sophrologie demande du temps, le temps de se poser pour pratiquer. Ce temps calme est nécessaire en particulier au début puisque l’idée est d’ensuite de pouvoir pratiquer à chaque instant (en théorie, oui, en pratique rien de tel qu’un moment calme pour s’asseoir et faire sa séance, cela n’engage que moi). Donc il faut du temps… … … et en général il n’y en a pas dans notre agenda (si toutefois on a un agenda lol) ! PAS de temps libre… Comment faire ? En fait le problème n’est pas de trouver du temps libre puisqu’il n’y en a pas au moment qu’on veut et qu’on trouvera toujours quelque chose d’absolument inutile à faire pour boucher les ridicules trous d’éventuel temps libre qui pourraient subsister…  Il s’agit de créer du temps libre en faisant du ménage dans nos activités (en faisant moins le ménage à la maison, par exemple) !
    • Pour cela, il faut savoir exactement de combien de temps vous avez besoin. S’il s’agit de 30 mn par jour, il faudra pouvoir faire 30 mn de ménage sur les autres activités ! 30 mn par jour (ou tous les deux jours) me semble une bonne mesure minimum pour commencer la sophrologie, il faut compter le temps de mise en place de la séance, l’installation dans la pièce, tous ces petits détails qu’on oublie vite !
    • Il faut aussi savoir exactement comment vous passez votre temps quotidien. Pour cela, rien de plus simple : faites une liste, jour par jour, activité par activité, sur une semaine type ! Çà commence à ressembler à une vraie feuille d’aventures 🙂 Demandez vous pour chaque activité si elle peut être réduite, optimisée, supprimée…
    • Une fois la durée nécessaire connue, le reste du planning suffisamment détaillé, il faut planifier chaque séance de sophrologie, comme des rendez-vous qui vous engageront à être ponctuel(le), un peu comme un contrat moral avec vous-même ! Si vous ne planifiez pas, vous n’aurez pas de contrat, vous oublierez bizarrement de pratiquer… en vous disant “demain c’est promis, je m’y mets” ! On bloque des créneaux de temps pour nos rendez-vous, nos réunions avec d’autres personnes, pourquoi ne pas en faire autant pour nos rendez-vous avec nous-mêmes ? Posez des post-it pour vous en souvenir, mettez une alarme, demandez qu’on vous le rappelle, mettez toutes les chances de votre côté de ne pas oublier !
  • La question de la régularité.  Vous vous êtes certainement déjà dit pour une activité : “Je ne peux pas en semaine, j’en ferai plus le weekend.” ou bien encore “Je saute une séance, je rattraperai demain ou la prochaine fois…”. Si cela peut fonctionner avec le dessin, la lecture ou d’autres activités, cela ne fonctionnera pas avec la sophrologie qui nécessite de la régularité et une répétition des entraînements. Quelques astuces pour créer cette régularité :
    • Définissez un temps minimum et un temps maximum pour chaque séance, n’hésitez pas à mettre une alarme pour vous y astreindre, pour commencer comme pour finir.
    • Essayez de changer votre approche. Plutôt que “aujourd’hui je n’ai pas la tête à ça, ça ira mieux demain”, essayez de penser “aujourd’hui je n’ai pas la tête à ça, c’est vrai, mais je sais qu’attendre les bonnes conditions ne m’apportera rien de plus, je vais essayer de faire ma séance quand même et noter ce que cela m’apporte quand je n’ai pas la tête à ça”. En fait, moins on a envie de pratiquer, plus c’est intéressant : c’est un excellent moyen de s’observer quand on n’a pas envie, à quoi cela est-ce du ? Et puis si vraiment vous ne pouvez pas un jour, acceptez le sans culpabiliser, il y a toujours des urgences ! Mais veillez à ce que cela reste ponctuel ou modifiez l’horaire de vos rendez-vous si cela venait à perdurer…
  • La question du commencement. Pour commencer, il faut commencer… ! Or, souvent, vous ne vous sentez pas prêt(e). Vous lisez un livre et puis vous reposez le livre sur la table de chevet pour vous dire qu’il peut être intéressant d’en lire un autre pour être sûr d’avoir bien compris ! Ou bien vous trouvez tout un tas d’autres choses à faire… Démarrer une activité comme la sophrologie, une activité du “mieux-être” au même titre que la méditation ou le yoga, c’est faire preuve de volontarisme, il faut donc prioriser son mieux-être !!! Vous voulez aller mieux sans rien faire ? Est-ce que cela a fonctionné jusqu’à présent ?  Soyez acteurs de votre mieux-être. Cela rejoint en partie les astuces précédentes sur le temps libre et les règles, avec quelques points de bon sens supplémentaires :
    • Quand vous vous retrouvez à faire autre chose que ce que vous aviez prévu (ça arrive parfois), posez vous la question “Est-ce que cela contribue à mon mieux-être ?” Si la réponse est non, vous savez ce que vous avez à faire.
    • Autorisez vous à arrêter ! “Quoi, il nous dit de commencer puis maintenant d’arrêter ?”… nouveau dialogue intérieur, nouvelle réaction à observer 🙂 Plus sérieusement, le plus difficile est souvent de commencer. Donnez vous la possibilité de commencer sans ressentir de contrainte, avec la possibilité d’arrêter au bout de 7 minutes par exemple si cela ne vous plait pas ! Vous vous sentirez moins “obligé(e)” de faire et terminer. C’est bête, mais le plus souvent c’est le premier pas qui manque. Une fois dedans, ça va tout seul (dans la vente à domicile, on pourrait parler de “pied dans la porte” : si le vendeur passe un pied chez vous, il a de fortes chances de vous vendre quelque chose…). Cette autorisation, nouveau contrat passé avec vous-même, jouera le rôle du “satisfait ou remboursé” que vous connaissez bien dans le monde du commerce ! Dans les faits, vous optez rarement pour le remboursement, bien que vous ayez acheté grâce à cette possibilité… A méditer et pourquoi pas adapter à d’autres domaines de votre vie.
    • Parlez en à un ami de confiance, essayez de le motiver à s’y mettre aussi. Dites lui : demain je commence la sophrologie, partagez votre pratique, ce que cela vous apporte. Cela vous permettra de vous engager un peu plus et vous motivera à continuer !

En conclusion, ces petits conseils sont essentiellement du bon sens, mais le bon sens n’est pas toujours simple à mettre en oeuvre, sauf si vous me prouvez le contraire ! Prenez un carnet, prenez l’habitude de noter ce que vous prévoyez de faire, ce que vous avez fait, ce que vous n’avez pas fait et pourquoi. Un agenda peut s’avérer parfait pour prendre toutes ces notes et planifier ! Plus simple, un petit carnet vierge. Pour ma part, j’ai choisi un carnet tout simple en papier recyclé (qui me donne en plus bonne conscience, la conscience de faire un geste pour notre belle planète !).

carnet aventure

Prendre l’habitude de prendre des notes, au delà de planifier et de passer nos contrats moraux avec nous-même, c’est structurer nos actions et les mémoriser ! Et noter les changements ! Vous verrez qu’en sophrologie, on vous demandera souvent de décrire vos expériences, sensations, émotions… sans jugement ni a priori ! Faites le dans votre cahier d’aventures, à défaut d’avoir une vraie feuille d’aventures 🙂

J’espère que ces quelques conseils vous seront utiles pour bien commencer !

  • En voyez-vous d’autres ?
  • Si vous pratiquez déjà, quelles astuces pour une pratique quotidienne ?
  • D’autres commentaires ?
  • Si vous connaissez des gens qui veulent s’y mettre, n’hésitez pas à partager ! C’est aussi un encouragement pour moi de voir que mes articles plaisent 🙂

J’espère vous lire et vous répondre en commentaires ! En attendant, je vous souhaite d’excellentes vacances en pleine conscience de l’instant présent et de la vie qui est en vous et qui s’exprime par votre corps à chaque seconde. Que les conditions extérieures soient bonnes ou mauvaises, profitez de pouvoir être conscient de cette vie en vous, de pouvoir être le héros de votre aventure à vous, de votre vie, de faire de chaque instant de vie un instant vécu pleinement et pour le meilleur ! Essayez la sophrologie, vous avez les clés pour réussir ! A bientôt sur Sophro-Guide.fr.

Le trésor de fin !
Le trésor de fin !

Laisser un message

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *